SÉFARADE

Il fut un temps où le Royaume d’Aragon était un territoire ou coexistaient trois cultures : islamique, hébraïque et chrétienne. Plus tard, les Rois Catholiques expulsèrent les Musulmans et les Juifs et se chargèrent d’effacer les vestiges des autres cultures ou de les transformer en bâtiments appartenant à la Couronne ou à l’Église. Ainsi, si de la culture musulmane, nous conservons certains des bâtiments les plus emblématiques de la péninsule ; il ne reste pratiquement aucune trace de la culture hébraïque.

Cet itinéraire nous permettra d’en découvrir un peu plus sur ce qu’était le Séfarade médiéval dans les Cinco Villas. Nous parcourrons les rues d’Ejea de los Caballeros, Luna, El Frago et Biel.

Vous trouverez un trésor à chaque escale de cette page. Pour le localiser nous vous proposons des coordonnées et une série d’indices. Nous vous recommandons de télécharger gratuitement l’application Geocaching.com. Vous y trouverez tous nos trésors géolocalisés et les indices.

  • Il fut un temps où le Royaume d’Aragon était un territoire ou coexistaient trois cultures : islamique, hébraïque et chrétienne. Plus tard, les Rois Catholiques expulsèrent les Musulmans et les Juifs et se chargèrent d’effacer les vestiges des autres cultures ou de les transformer en bâtiments appartenant à la Couronne ou à l’Église. Ainsi, si de la culture musulmane, nous conservons certains des bâtiments les plus emblématiques de la péninsule ; il ne reste pratiquement aucune trace de la culture hébraïque.

    Cet itinéraire nous permettra d’en découvrir un peu plus sur ce qu’était le Séfarade médiéval dans les Cinco Villas. Nous parcourrons les rues d’Ejea de los Caballeros, Luna, El Frago et Biel en suivant les pistes que nous ont laissées les documents, les vestiges archéologiques et même la tradition orale.

Ejea de los Caballeros

Les Juifs s’installèrent à Ejea sous le règne de Ramiro II. Dès lors, le réseau des quartiers juifs et des familles des Cinco Villas se développa. Dans les Cortes de Maella (1404) on comptait plus de 250 personnes. Un tiers de la population d’Ejea était juive.
Le quartier juif se trouvait initialement dans l’Alcazaba musulmane. Toutefois, la communauté connut une telle expansion qu’en 1271, ils s’installèrent dans le quartier de Santa María de la Corona, autour de la Plaza del Rufián et des rues Portaza, Enmedio, La Puebla et Gramática. Certaines hypothèses suggèrent que l’ancienne église de San Juan aurait pu être la synagogue d’Ejea.
Si vous voulez connaître toute l’histoire, vous devez vous rendre au Centro Cultural la Espiral. Vous y découvrirez de façon plus approfondie l’histoire des trois cultures du Moyen Âge.

Centro Cultural La Espiral

Les jeudis, vendredis et samedis de 10 h 30 à 13 h 30 heures et de 17 h à 19 h 30 heures et les dimanches de 10 h 30 à 13 h 30 heures.

COORDONNÉES

Vous trouverez le trésor à l’emplacement suivant : N 42° 07.708 W 001° 08.415
Piste : Rouge et Bleu
Auteur : Pré-Pyrénées clandestines

Luna

Il semble que l’ancienne synagogue de Luna se trouvait dans ce que l’on connaît actuellement comme Casa del Pepo, au numéro 5 de la rue Herrerías. Et c’est qu’il y a plus d’une preuve permettant de croire que c’est bien la synagogue. Dans cette maison il y a deux portes d’entrée, ce qui serait une porte de synagogue pour les hommes et une plus petite pour les femmes et, à l’intérieur, on trouve un bassin dans la pièce d’où coule de l’eau, c’est-à-dire un éventuel mikvhé, où se faisaient les bains de purification.

Vous devriez également visiter la Casa de la Prestamista (Maison du Prêteur) Orduenya Alfrangí, bien connue à l’époque pour être la plus riche de Luna. De nos jours, d’après la tradition orale il s’agit de la maison appelée Casa del Rey (Maison du Roi) ou Casa de la Judía Mayor (Maison de la Grande Juive), à côté de la Casa del Pepo.

Un autre fait à souligner est qu’à Luna le quartier juif n’était pas fermé au reste de la ville comme dans d’autres communes, ce qui laisse penser que la coexistence avec le reste de la population était bonne.

Vous trouverez le trésor à l’emplacement suivant : 42°10’03.7″N 0°55’51.6″W
Piste : À gauche de l’arc
Auteur : Pré-Pyrénées clandestines

El Frago

Ça alors ! Comment cette pierre tombale est-elle arrivée là ? C’est la pierre tombale du rabbin YomTob dans la Calle Mayor, sous une fenêtre, il y a la pierre de taille avec son épitaphe provenant du Fosal de los Judíos (Cimetière des Juifs). Vous l’avez trouvée ?
Il existe actuellement un Centro de Interpretación (Centre d’interprétation) à El Frago qui porte son nom, Rabí YomTob. Dans ce centre se trouve la plus importante collection épigraphique hébraïque d’Aragon, la plupart des pièces proviennent du Fosal de los Judíos. Le patrimoine culturel et naturel de cette localité et son passé hébraïque y sont également expliqués.

CENTRO DE INTERPRETACION “SALA RABÍ YOM TOB”

Téléphone:
976689412 / 648291899

Prendre préalablement rendez-vous.

COORDONNÉES

Vous trouverez le trésor à l’emplacement suivant : N 42° 16.335 W 000° 55.898
Piste : Recherchez une façade blanche.
Auteur : Pré-Pyrénées clandestines

Biel

Le quartier juif de Biel se trouvait autour de ce qu’on appelle la rue Barrio Verde, autrefois connue sous le nom de chemin de la Sinagoga depuis le XIVe siècle. La vérité est que la synagogue de Biel se trouvait dans cette rue, dans la Casa de la Pelegrina. En effet, la coutume veut que les processions chrétiennes qui se déroulent à Biel ne passent pas par la rue Barrio Verde car elles ne pouvaient passer devant « l’église des juifs ».
La population hébraïque de Biel est devenue très importante, représentant la moitié de la population totale. Ils sont arrivés au XIe siècle, mais c’est entre 1274 et 1294 qu’ils commencèrent à s’organiser en communauté.

COORDONNÉES

Vous trouverez le trésor à l’emplacement suivant : N 42° 23.295 W 000° 56.155
Piste : Rejoignez le panneau du quartier juif, vous serez surpris.
Auteur : Pré-Pyrénées clandestines